La thérapie génique contre la perte d'audition

Ven. 13 juin 2014
juin.
13
La thérapie génique comme remède contre la surdité

La plupart des personnes âgées ayant besoin d’un appareil auditif souffrent de presbyacousie qui est à l’origine d’une perte d'audition. La surdité liée à la presbyacousie est due à une dégénérescence des cellules nerveuses de l’oreille interne indispensables pour transmettre les sons jusqu’au cerveau. Tandis que les prothèses auditives sont de plus performantes, on peut se demander où en est la recherche en thérapie génique dans la perte auditive.

Perte auditive et protéine : un lien de cause à effet mis au jour

Cette dégénérescence est due notamment à la mutation d’une protéine : la CONNEXINE 26. Cette thérapie génique aurait pour objectif d'éviter, ou plutôt de retarder, la baisse d'audition.
Les chercheurs ont démontré lors de leurs travaux que l'injection d'une autre protéine, agissant comme un facteur de croissance, pourrait être utilisée dans la survie des neurones et ainsi freiner la dégénérescences des cellules de l'oreille interne, responsables de la perte d'audition.

L’espoir de tout malentendant est la découverte d’un « remède » comme l’alternative à l'appareil auditif pour ne plus affronter difficultés lors de discussions avec appréhension. Et si ce fameux « remède » existait ?

Quand la recherche sur l’audition utilise la thérapie génique

Des chercheurs de l’université de Tel-Aviv en collaboration avec le département d’oto-rhino-laryngologie de l’Institut pour la Recherche sur l’Audition du Michigan ont fait les premières expériences dans ce domaine, alliant génothérapie et perte auditive.

Ils ont décidé d’injecter dans l’oreille de souris des facteurs de croissances qui empêcherait l’action de la connexine, la dégénérescence des cellules nerveuses, et donc retarderait la perte auditive des patients et ainsi le port d'appareil auditif.
L'application de cette thérapie génique pourrait aider à protéger ces cellules ciliées de l'oreille interne. C’est donc un espoir pour améliorer l'efficacité des implants cochléaires ou des appareils auditifs des patients atteints de surdité sévère. 

Cette expérience n'a pour l’instant été réalisée que chez des souris mais présente des résultats plus que probants. La génothérapie pourrait donc lutter contre la perte auditive et devenir une nouvelle solution pour réparer les troubles auditifs. Cependant, le génome des souris et des humains ne sont communs qu'à 80%. L'homme commence à entendre dès son état embryonnaire dans l'utérus, contrairement aux souris. Il est donc important de déterminer à quel moment injecter cette protéine pour maximiser son efficacité.

Les recherches continuent à avancer et elles semblent très prometteuses. La thérapie génique appliquée à l’audition vise essentiellement à améliorer l'efficacité de l'appareil auditif. Il faudra donc définir si l'action sera dans la prévention en injectant la protéine dès l'état embryonnaire pour éviter la perte d'audition, ou dans le but de régénérer les cellules disparues en cause dans la baisse de l'audition.

L’alliance de la thérapie génique et de la perte de l’audition n’ont pas encore révélé tous leurs secrets. Affaire à suivre....

Réagissez en postant un commentaire
Pas encore inscrit ?
Votre Email :

Choisissez un Pseudo :

Choisissez un mot de passe :

Déjà inscrit ?
Votre Email :

Votre mot de passe :

Plus d'articles “Toute l'Actualité de l'audition”
Être rappelé
Prendre RDV
VOUS SOUHAITEZ ÊTRE RAPPELé?
C'est rapide et gratuit !
PRENDRE UN RENDEZ-VOUS