Un appareil auditif ou un assistant d'écoute ?

Mer. 09 avril 2014
avri.
09

La polémique fait toujours débat dans le milieu de l'audioprothèse, un assistant d'écoute, simple amplificateur de son qui semble vouloir se prendre pour un véritable appareil auditif

La confusion, certainement voulue par le fabricant de la fameuse "prothèse" sème le trouble dans la profession, mais également auprès des utilisateurs potentiels qui ne savent plus s'il s'agit ou pas d'un réel appareil auditif.

Comprendre les différences entre un appareil auditif et un assistant d’écoute

Tout d'abord il faut bien comprendre les différences qu'il peut y avoir entre un appareil auditif et un assistant d'écoute. 

La définition d'un appareil auditif tel qu'elle est décrite dans le journal officiel du 4 Mai 2002:

     • Possibilité de régler le gain sur minimum 2 bandes de fréquences avec un minium de pas de progression de 5 dB.
     • Possibilité d'ajuster la fréquence, accès au minium à 2 programmes d'écoute.

La délivrance d'appareil auditif, en citant le journal officiel, doit être effectuée dans une cabine insonorisée répondant à certaines normes acoustiques. Il doit s'en suivre auprès du patient une information sur l'utilisation, l'entretien ainsi que le remboursement de cet appareil auditif par les organismes de prise en charge.

Ces différences sont fondamentales pour qu'il n'y ait pas de confusions entre un appareil auditif et un assistant d'écoute. 

Ce dernier se contente d'amplifier les sons sur 2 niveaux 11dB et 20dB et non par pas de 5 dB comme le précise le Journal officiel. De plus, il n'existe pas de variation du gain en fonction de la fréquence. Toutes les fréquences vont être corrigées de la même façon.
Or lorsque l'on présente généralement une perte de l'audition quelque soit son degré de perte, il est préférable de pouvoir régler en fréquence afin d'obtenir une correction adaptée à chaque type de perte auditive.

Une communication ambiguë de la part des marques d’assistant d’écoute

La polémique ne se dresse pas contre ce produit, qui semble vouloir répondre au prix élevé de certains appareils auditifs, mais plus envers sa communication et la façon de la présenter comme un "appareil auditif". 


Ce terme d'appareil auditif doit être exclusivement réservé aux produits fournis par les audioprothésistes et répondant précisément aux normes détaillées dans le Journal Officiel N°2002-18 permettant à ces véritables appareils auditifs de bénéficier d'une prise en charge Sécurité Sociale et mutuelle dont les assistants d'écoutes ne bénéficient pas.

Il faut tout de même constater que la communication de Sonalto est très ambiguë quand cette société annonce en slogan sur son site "VOTRE AIDE AUDITIVE AU MEILLEUR PRIX".
Même si un produit comme celui ci peut cohabiter avec les appareils auditifs, il n'est pas autorisé à utiliser des termes exclusivement destinés à l'appareil auditif.


Assistant d'écoute ou appareil auditif

L'UNSAF (Union National du Syndicat des Audioprothésistes Français) a saisi la justice en 2010 contre Sonalto en invoquant une concurrence déloyale, en citant le président du SYNEA " ce produit marche mal, contrairement à ce que Sonalto affirme et se présente exactement comme un appareil auditif". A la différence que cet assistant d'écoute est commercialisé sur internet et dans les pharmacies sans aucun réglage et suivi. 

En 2012, l'UNSAF a également assigné une pharmacie de Saint-Germain-En-Laye (78) pour exercice illégal de la profession d'audioprothésiste. Suite à cette décision de justice, les syndicats d'audioprothésistes ont décidé de faire appel.

C'est donc pour cela que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) a publié un point d'information sur le statut des appareils auditifs "aucune ambiguïté sur la notice ou les matériels promotionnels ne doit alors laisser penser que cet appareil est destiné à la correction auditive des personnes souffrant de déficience auditive, aussi légère soit-elle..." ce qui est loin d'être le cas pour cette nouvelle société bien décidée à semer la confusion dans l'esprit des consommateurs.

Prouver que l'achat d'un assistant d'écoute revient plus cher qu'un véritable appareils auditif 

Aujourd'hui, le monde de l'appareil auditif réagit avec certains acteurs proposant de véritables appareils auditifs dès 550 €, pouvant être réalisés sur mesure et réglés à la surdité du patient.
De plus, ces dispositifs médicaux de corrections auditives, fournis chez les audioprothésistes, sont remboursés au minimum 119,83€ par la sécurité sociale et en moyenne 200 à 300 € par les complémentaires santés.
Ce qui réellement, ramène le coût de ces véritables appareils auditifs à environ...100€ l'appareil, bien moins cher qu'un "faux" appareil auditif, sans réglage, sans conseil, sans suivi.

Réagissez en postant un commentaire
Pas encore inscrit ?
Votre Email :

Choisissez un Pseudo :

Choisissez un mot de passe :

Déjà inscrit ?
Votre Email :

Votre mot de passe :

Plus d'articles “Toute l'Actualité de l'audition”
Test auditif en ligneTest auditif en ligneTest auditif en ligneTest auditif en ligne
Testez votre audition en ligne
VOUS SOUHAITEZ ÊTRE RAPPELé?
C'est rapide et gratuit !
Voir votre sélection d'aides auditives Choisissez votre appareil auditif Nos Engagements
Nos gammes d'appareils auditifs Nos gammes d'appareils auditifs